Tendances de l'emploi

Le partage du pouvoir au cœur de l’entreprise de demain

Publié le 22 avril 2014

Déjouer la crise, attirer les jeunes, redonner du cœur à l’ouvrage… Quelques entreprises pionnières ont revu leur mode d’organisation en répartissant le pouvoir entre dirigeants et employés. Voici pourquoi d’autres sont en train de les suivre…

A la crise économique se rajoute une crise de sens dans le monde du travail. Si ce constat a un bienfait, c’est celui de remettre les cartes à plat, de pointer les failles d’un système pour oser imaginer de nouveaux modes d’organisation plus participatifs. Et cette révolution semble en marche, à commencer par le fait que le secteur de l’économie sociale et solidaire est de plus en plus reconnu. En effet, dans certaines structures de l’ESS, comme les coopératives ou encore les associations, les adhérents et/ou salariés peuvent être associés aux décisions. Un nouveau schéma de gouvernance qui commence aussi à s’étendre aux structures plus traditionnelles.

L’entreprise a évolué moins vite que la société qui est de plus en plus collaborative, horizontale. Elle est restée figée dans une hiérarchie verticale, une culture de la performance individuelle, une pression au court terme.

Dans une entreprise privée marchande, « le décalage est devenu trop grand entre les intérêts des actionnaires et ceux des salariés, souligne Eric Albert, psychiatre fondateur de l’Ifas (Institut français d’action sur le stress) et auteur de « Partager le pouvoir, c’est possible ». L’entreprise a évolué moins vite que la société qui est de plus en plus collaborative, horizontale. Elle est restée figée dans une hiérarchie verticale, une culture de la performance individuelle, une pression au court terme. »

« Pas de performance sans bonheur »

Heureusement, il existe des alternatives. Partager le pouvoir, c’est possible. Mais plus que ça, c’est souhaitable. Et même dans l’entreprise. « Plus les acteurs d’une entreprise sont impliqués, plus ils vont être proactifs au sein de leur entreprise. » Le bien-être des salariés s’en ressent sur les résultats comme tendent à la démontrer plusieurs initiatives. De rares modèles commencent aussi à faire référence. Le plus emblématique se trouve à Hallencourt en Picardie, au sein de fonderie Favi, sous-traitant pour l’industrie automobile.

Son ancien directeur, Jean-François Zobrist, a fait ce constat il y a plusieurs années déjà : « Au travail, il n’y a pas de performance sans bonheur et pas de bonheur sans responsabilité ». Aujourd’hui à la retraite, il intéresse les patrons et les grandes écoles de commerce qui voudraient bien connaître son secret. Dès 1983, il a supprimé les échelons hiérarchiques et les pointeuses. Chaque client s’est vu attribuer une équipe pour mener ses commandes à bien. Et dans le secteur automobile, Favi peut se targuer d’avoir esquivé la crise.

Des exemples inspirants

Une audace qui a inspiré d’autres dirigeants comme celui de Chrono Flex à Nantes. Alexandre Gérard rencontre Jean-François Zobrist en 2009 alors que sa société traverse une mauvaise passe. Il décide de supprimer les signes de pouvoir : parking réservé à la direction, grands bureaux dédiés au haut de l’échelon, titres hiérarchiques à rallonge… pour installer un environnement plus motivant où le personnel est associé aux objectifs. Chrono Flex se redresse.

L’affaire de tous

Pour le coach Eric Albert, tout le monde peut prendre part à ce mouvement. « Si l’on est salarié, on peut sortir de son territoire sans marcher sur celui des autres, proposer une démarche collaborative, ne pas hésiter à questionner son management. Si l’on est patron, on peut commencer par redéfinir un projet collectif et s’assurer que tous les acteurs convergent vers celui-ci en les impliquant davantage. Même pour le décideur, c’est un soulagement de voir qu’il n’a plus à tirer tous les wagons seuls mais que l’un entraîne l’autre, c’est moins épuisant. » C’est aussi le meilleur moyen de relever le défi pour l’entreprise de demain : faire de nouveau rêver les jeunes. Et investir sur leur talent.

Image writer

Rédigé par

Apolline Guichet

2 commentaires

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image commentary

La veille du jour | Pearltrees

Publié le 24 avril 2014

[…] Le partage du pouvoir au cœur de l’entreprise de demain […]

image commentary

Le partage du pouvoir au cœur de l’...

Publié le 23 avril 2014

[…] Déjouer la crise, attirer les jeunes, redonner du cœur à l’ouvrage… Quelques entreprises pionnières ont revu leur mode d’organisation en répartissant le pouvoir entre dirigeants et employés. Voici pourquoi d’autres sont en train de les suivre…  […]

Sur le même thème

Décryptage

  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite
  • La finance solidaire, ça concerne tout le monde!

    Lire la suite
  • C’est quoi, l’économie circulaire?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Toit à Moi, un concept innovant pour réinsérer les sans-abris

    SideWays #2 - Toit à Moi - Un concept innovant pour réinsérer les sans-abris
    icone-youtube-play

    Par: Sideways

  • Les makers défont le handicap

    Les makers défont le handicap - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

  • C’est pas du gâteau

    icone-youtube-play

    Par: Udes

Nos derniers articles

Personnes transidentités
Solidarités

Des associations améliorent la vie des personnes transgenres

Un peu partout en France, des associations luttent contre l’exclusion et les violences exercées contre les personnes transgenres et les accompagnent dans leur transition. Le combat avance, à petits pas.

Rédigé par Pauline Bian-Gazeau
le 17 novembre 2017 En savoir plus

Etudes & formations

Quête de sens : les étudiants ingénieurs renversent la table !

De plus en plus d’étudiants en écoles d’ingénieurs sont tentés par des carrières en marge des grandes entreprises auxquelles ils étaient destinés. Ils cherchent un métier qui répond mieux à leurs valeurs, au point de rejoindre des associations, de créer des collectifs ou de monter leur propre activité.

Rédigé par Marie Le Douaran
le 15 novembre 2017 En savoir plus

Monter son projet étudiant Pépite Pon
Entreprendre, mode d'emploi

10 conseils pour monter son projet étudiant

Créer son association, son projet d’entrepreneuriat social quand on est étudiant, c’est possible ! Voici 10 conseils pour mener à bien son projet.

Rédigé par Emmanuelle Genoud
le 13 novembre 2017 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.