Projets inspirants, créateurs inspirés

Installer son exploitation bio grâce à Terre de Liens

Publié le 18 avril 2014

Installer une ferme quand on ne vient pas d'une famille d'agriculteurs : pas si simple. Surtout si on a un projet de petite exploitation bio. Pourtant, Florence et son compagnon ont relevé le défi.

Au départ, Florence est plutôt citadine, pour avoir vécu 10 ans à Nantes. Mais après des études en gestion et protection des milieux aquatiques et plusieurs stages à l’étranger, en 2007, elle a décidé d’ouvrir une petite exploitation en France avec son compagnon argentin, Baldo.

Baldo avait déjà vécu dans une ferme en autoproduction, Florence était sensible aux questions environnementales. C’est donc naturellement qu’ils ont pensé à un projet d’agriculture biologique : produire blés et céréales pour faire de la boulange paysanne.

Des terres indispensables

Ils ont commencé par acquérir un petit terrain de 17 hectares dans le nord de la Charente, près de Ruffec. Mais au même moment, 10 hectares de terres voisines ont été mises à la vente. Ils ont alors réfléchi à des systèmes de financement. «C’était indispensable pour nous de nous agrandir, il faut savoir que les exploitations font en moyenne 80 à 150 hectares », explique Florence.

«Au départ, on pensait monter une Société civile immobilière ou une Société coopérative agricole mais cela nous aurait demandé un gros travail de gestion. C’est alors qu’on a rencontré  Pierre-Marie Moreau, l’animateur régional de Terre de Liens qui nous a fait découvrir les possibilités de financement », poursuit-elle.

Des « actionnaires solidaires »

Terre de Liens, association de sensibilisation à  la disparition des terres, a mis en place ce qu’elle appelle la Foncière. Cet outil de collecte d’épargne solidaire lui permet de racheter des terrains pour ensuite les louer à des agriculteurs qui souhaitent s’installer en bio. 

Les investisseurs, dits « actionnaires solidaires » ne reçoivent pas de dividendes mais sont invités à se réunir chaque année en assemblée générale, comme dans toute entreprise. Et s’ils décident de revendre leurs parts, leur prix est majoré du taux de l’inflation.

« Au début on avait un peu peur d’être dépossédés de nos terres, concède Florence, puis on s’est lancés ». Leur collecte de dons avec Terre de Liens a vite porté ses fruits : « On a été surpris par la rapidité à laquelle cela s’est fait, en trois mois on avait réuni 70.000 euros ! », relate-t-elle.

Pas d’emprunt à rembourser

Qui a investi ? « Des militants qui voulaient agir pour le bio, des gens sensibles à l’aspect féminin du projet, et peut-être aussi des gens qui y voyaient un intérêt fiscal », affirme Florence. Parmi la quarantaine d’investisseurs qui ont financé le projet, seule une dizaine est de la région.

« Tous les investisseurs ont été invités aux portes ouvertes de notre ferme, on a pu leur montrer notre projet. J’envoie des nouvelles par mail à certains d’entre eux. Mais ce n’est pas toujours facile de rester en contact car ils sont loin et nous sommes très occupés », explique Florence.

Avec l’argent débloqué, Florence et  Baldo De Leon ont pu agrandir leur exploitation et ouvrir un fournil pour la fabrique du pain. « Aujourd’hui, on est pratiquement autonome, et on n’a aucun prêt sur le dos », se félicite Florence. Ils vendent des légumes secs via la Ferme de Chassagne et les pains et pâtes que Florence prépare sur les marchés de la région.

Pour la suite, ils se verraient bien agrandir encore un peu le terrain, et n’hésiteront pas à passer à nouveau par Terre de Liens.

Image writer

Rédigé par

Héloïse Leussier

4 commentaires

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image commentary

max

Publié le 17 mai 2017

Espoir espoir tu nous guetes!

image commentary

Fabrice (Terre de Liens)

Publié le 16 mai 2017

Et pour en savoir plus : Page de la ferme de Courcome Page de Terre de Liens Poitou-Charentes

image commentary

Fabrice (Terre de Liens)

Publié le 16 mai 2017

Merci pour cet article ! Et pour les lecteurs qui voudraient rejoindre le mouvement, toutes les infos pour nous aider se trouvent ici : https://terredeliens.org/-particuliers-.html

image commentary

De jeunes convertis à l’agriculture bio misent sur l’ESS - Say Yess

Publié le 16 mai 2014

[…] >> Florence et Baldo ont installé leur exploitation bio grâce à Terre de liens. Témoignage… […]

Sur le même thème

Décryptage

  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite
  • La finance solidaire, ça concerne tout le monde!

    Lire la suite
  • C’est quoi, l’économie circulaire?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Comment changer de métier ?

    Béatrice Moulin et Clara de Switch Collective
    icone-youtube-play

    Par: Changer le monde en 2 heures

  • Le métier d’agent-e d’entretien d’espaces verts

    Agent d'entretien des espaces verts - Uniformation
    icone-youtube-play

    Par: Uniformation

  • Vivre sans déchets

    Vivre sans déchets - L'Echo positif
    icone-youtube-play

    Par: L'Echo Positif

Nos derniers articles

Citoyenneté

Des labos citoyens vous embarquent dans la recherche

Pour faire face au manque de moyens des laboratoires publics ou au cloisonnement des disciplines, des scientifiques sortent des labos traditionnels et mènent leurs recherches avec l'aide des citoyens.

Rédigé par Marie Le Douaran
le 13 octobre 2017 En savoir plus

Pique nique avec des réfugiés à Meyrargues.
Solidarités

Bienvenue dans nos villages !

Face au phénomène de désertification rurale, l’arrivée de demandeurs d’asile originaires de Syrie, d’Erythrée, de Somalie, de Tchétchénie ou encore du Soudan apporte un nouveau souffle dans des villages de France.

Rédigé par Pauline Bian-Gazeau
le 11 octobre 2017 En savoir plus

Abibao, co-fondé par Vincent Maréchal
Tech

Faire un don à une association sans dépenser un rond, c’est possible !

En naviguant sur un moteur de recherche, en répondant à un sondage ou en regardant une publicité, on peut soutenir des causes sans vider son porte-monnaie. Suivez le guide !

Rédigé par Emmanuelle Genoud
le 6 octobre 2017 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.