Culture

Ils embellissent la ville grâce au Street Art

Publié le 31 janvier 2014

Lassés d’être confrontés à des murs lépreux, et poussés par l’envie de s'exprimer, de jeunes artistes mettent leur talent au profit de la réhabilitation de bâtiments, en créant du lien social dans leur quartier. Say Yess est allé à leur rencontre.

Le rideau de Des bulles et des ballons, à Montreuil. Crédit : La Graffiterie

« Mon objectif, c’est de colorer les murs de Montreuil ». C’est en octobre 2013,  à l’occasion de la journée portes ouvertes des atelier d’artistes, organisée par sa ville, que Joachim, 20 ans, a l’idée de créer son association, la Graffiterie. « En entrant chez les gens, je me suis aperçu qu’ils avaient des intérieurs très colorés… Alors que les rues, elles, sont grises ! »

A lire aussi : A Paris, une asso met un mur à la disposition des artistes.

Il crée alors un site Internet pour permettre aux street artists et aux murs de se rencontrer. Rideau de métal d’un commerçant ou façade décrépie… toutes les surfaces sont éligibles, pour peu que le propriétaire soit volontaire pour les confier –après présentation d’un projet – à un graffeur ou à un peintre.

L’envie de « rencontrer ses voisins »

« Pour l’instant, les gens font peu d’offres spontanées. Je passe beaucoup de temps à faire du porte à porte, à discuter », explique Joachim. Lui-même étudiant en art, il est déjà l’auteur de plusieurs fresques. S’il a plusieurs amis peintres, il insiste sur le fait qu’il ne veut pas « s’enfermer dans un collectif d’artistes ». L’objectif est ainsi d’attirer de nouvelles personnes…

Joachim ne fait payer aux propriétaires de murs que le matériel et la peinture. « L’idée, c’est aussi de sortir de chez soi, de rencontrer ses voisins. Et puis, je veux créer une vraie dynamique », affirme-t-il, tout en précisant que « c’est aux deux parties de fixer leurs conditions entre-elles ».

Son but à lui c’est de voir son idée se développer région par région, et pourquoi pas… à l’étranger ! La première étape, pour le moment, c’est la mise en place une nouvelle version du site Internet, prévue pour avant le début de l’été 2014. Pour ce faire, il a déjà fait appel au financement participatif, qui lui a permis de récolter 3.200 euros. Il aimerait également obtenir un soutien financier de la mairie de Montreuil.

Les municipalités font confiance

Un peu plus loin à l’Est, à Torcy, l’association Hard Déco réhabilite notamment les espaces publics et dynamise la ville. L’histoire commence il y a quelques années, entre des camarades d’enfance qui s’adonnent au graffiti : « On était chez un ami, et celui-ci nous a lancé un défi : ‘Est-ce que vous pouvez faire une île déserte sur le mur de ma chambre ?’ », se souvient Lionel, 29 ans, le président de l’association, qui existe depuis 2007. « On l’a pris au mot, et quand j’ai vu le rendu, j’ai pris conscience que c’était vraiment bien ! ».

Quatre graffeurs se regroupent, et partagent leur temps entre plusieurs activités. Il y a premièrement la partie commerciale – c’est à dire la décoration chez les particuliers – , mais aussi des activités purement associatives. « Nous sommes allés voir la mairie de Torcy, mais également les villes aux alentours, et nous avons été plutôt bien accueillis », explique Lionel.

Animations dans les quartiers, cours d’initiation au graff auprès des jeunes et revalorisation du paysage urbain… Progressivement, les municipalités leurs font de plus en plus confiance. « Nous avons par exemple décoré le hall d’un piscine à Emerainville, pour la communauté d’agglomérations du Val Maubuée. Plus récemment, nous avons repeint une dizaine de transformateurs EDF à Villevaudé », indique Lionel.

Peu d’espace pour s’exprimer

Non contents de mettre de la couleur dans la ville, Hard Déco contribue, avec deux autres associations, à mettre en place le « Festi’Val Fraîcheur ». Danse Hip’Hop, spectacles ou encore démonstration de graffiti… Les activités se veulent familiales. « La bombe à souvent une mauvaise image. Nous voulons changer ça », explique Lionel. Il déplore néanmoins le manque de murs libres pour permettre aux artistes de s’exprimer. « Quand nous répondons à une commande, nous appelons ça de la déco. Le mot graffiti s’applique plutôt a un art sans contraintes… Or cela reste difficile de le pratiquer dans de bonnes conditions ». A bon entendeur…

[nivo_slider source= »post » link= »image » size= »632×430″ limit= »10″ effect= »random » speed= »600″ delay= »3000″]

Image writer

Rédigé par

Anaëlle Guisset

4 commentaires

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image commentary

Raconteur d’histoires – Joachim Prompsy

Publié le 29 novembre 2017

[…] Est Libre, le Labolic… Mes dessins apparaissent dans le Monde, Urbacolors, the Dailynews, Say-yess, le […]

image commentary

Ils embellissent la ville grâce au Street...

Publié le 19 février 2014

[…] Lassés d’être confrontés à des murs lépreux, et poussés par l’envie de s'exprimer, de jeunes artistes mettent leur talent au profit de la réhabilitation de bâtiments, en créant du lien social dans leur quartier. Say Yess est allé à leur rencontre.  […]

image commentary

Ils embellissent la ville grâce au Street...

Publié le 01 février 2014

[…] « Mon objectif, c’est de colorer les murs de Montreuil ». C’est en octobre 2013, à l’occasion de la journée portes ouvertes des atelier d’artistes, organisée par sa ville, que Joachim, 20 ans, a l’idée de créer son association, la Graffiterie.  […]

image commentary

Ils embellissent la ville grâce au Street...

Publié le 01 février 2014

[…] Lassés d’être confrontés à des murs lépreux, et poussés par l’envie de s'exprimer, de jeunes artistes mettent leur talent au profit de la réhabilitation de bâtiments, en créant du lien social dans leur quartier.  […]

Sur le même thème

Décryptage

  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite
  • La finance solidaire, ça concerne tout le monde!

    Lire la suite

Say yess tv

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

  • Pose ton sac à La Bagagerie

    La bagagerie à Marseille - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Culture

La carte des festivals green et solidaires 2018

Il est temps de penser à votre été ! Comme chaque année, Say Yess vous propose la carte des festivals engagés. A vos agendas !

Rédigé par Oriane Raffin
le 18 avril 2018 En savoir plus

Conseils (de) pro

Travailler à l’UCPA : « Nous recherchons un savoir-être »

Frédéric Ezaoui, directeur du pôle RH Séjours vacances à l’UCPA, nous éclaire sur les opportunités et les besoins de l’association.

Rédigé par Oriane Raffin
le 16 avril 2018 En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Crowdfunding : se repérer entre les plateformes

Lancer un projet grâce au financement de particuliers : rien de plus naturel désormais. Ce moyen de lever des fonds ne cesse de prendre de l’ampleur. Il existe aujourd’hui des dizaines de plateformes. Parmi celles-ci, il y a sûrement celle qui fera décoller votre projet.

Rédigé par Jérémy Pain
le 11 avril 2018 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.