Au fait, c'est quoi ?

Au fait, c’est quoi une entreprise d’insertion ?

Publié le 27 novembre 2013

Boulangeries, restaurants, commerces voire même bars et hôtels… Vous êtes sans doute déjà entré dans une entreprise d’insertion sans même le savoir. Say Yess a franchi leurs portes pour vous en dire plus.

Manger est un nouveau restaurant, rue Keller à Paris, dont le but est de permettre à des personnes éloignées de l’emploi de bénéficier d’une expérience professionnelle dans les métiers de la gastronomie. Le projet fédère des grands chefs qui ont offert une de leurs recettes pour concevoir des menus saisonniers. Photo Thomas Duval.

Environ un millier d’entreprises d’insertion existent en France, dans une grande variété de secteurs d’activité. Faire du business tout en employant des personnes en difficulté, c’est leur quotidien.

L’embauche de personnes en difficulté

« Ce serait plus simple de garder les mêmes pour faire tourner la boutique » concède Fabien Laloue en évoquant le fonctionnement de son entreprise d’insertion. Le gérant de SINEO Lorraine, spécialisée dans le nettoyage écologique de véhicules, s’explique : « la gestion des ressources humaines est un peu différente de celle d’une entreprise classique ».

Car l’entreprise d’insertion a une particularité : elle embauche des personnes en difficulté sociale et professionnelle en leur proposant des contrats à durée déterminée qui durent au maximum 24 mois. Un temps nécessaire à leur retour à l’emploi dans le marché du travail ordinaire. « Les salariés en parcours d’insertion doivent avoir conscience qu’ils ne vont pas passer leur vie chez nous », confirme Fabien.

Des métiers spécifiques au sein de l’entreprise

Jeunes de moins de 26 ans sans qualification, bénéficiaires de minima sociaux (RSA par exemple) ou encore demandeurs d’emploi de longue durée : les personnes accueillies au sein de l’entreprise d’insertion ont des profils variés. « Il peut y avoir énormément de raisons pour quelqu’un de passer par là », indique Nolwenn Jourdain, technicienne chez Juratri, une SCOP impliquée dans la gestion des déchets recyclables, « mais l’objectif reste le même : lever tous les freins à l’emploi »,  résume-t-elle.

Pour y parvenir, des postes spécifiques sont généralement créés au sein même de la structure. Voilà encore une autre particularité: chargés d’insertion et encadrants techniques sont à l’écoute des salariés pour les aider à construire leur parcours.

« Il ne s’agit pas de les materner », prévient Fabien. Si des formations et des séances de découverte de métiers sont régulièrement organisées, les personnes en insertion sont aussi là pour produire des biens et / ou des services, comme dans toute autre entreprise.

Un business ordinaire mais plus solidaire

« Nous avons les mêmes préoccupations que les boîtes ordinaires ! » souligne Fabien. Aucune forme juridique n’est imposée. Si la plupart sont des associations, certaines ont pris le statut de SCOP (un type de coopérative) ou de SARL. « Comme toute entreprise, l’entreprise d’insertion exerce ses activités aux conditions du marché et ses ressources proviennent essentiellement de la commercialisation des biens et services qu’elle produit » précise le Comité national des entreprises d’insertion (CNEI) dans son observatoire.

En 2011, leur taux de croissance a été deux fois supérieur à celui des TPE/PME classique (9,3 % contre 4,7 %). Dans le même temps, un salarié en insertion sur quatre a trouvé un CDD de plus de six mois ou un CDI à l’issue de son parcours. Une success-story donc, à la fois socialement et économiquement.

Des idées pour aller plus loin

Travailler dans une entreprise d’insertion ? L’AFPA propose une formation de conseiller en insertion professionnelle et d’encadrant technique d’insertion (ETI)

Acheter des produits dans une entreprise d’insertion ? Sur Paris, quelques exemples : une boulangerie (Farinez-vous), une chocolaterie (Puerto Cacao), un restaurant (Manger), un bar (Petit Bain). Toutes les entreprises d’insertion sur le site du CNEI ou sur Socialement-responsable.org.

[nivo_slider source= »post » link= »image » size= »635×430″ limit= »10″ effect= »random » speed= »600″ delay= »3000″]
Image writer

Rédigé par

Sébastien Levrier

13 commentaires

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image commentary

Agronome dans un jardin d’insertion : Cultiver les légumes et les sourires

Publié le 11 décembre 2014

[…] tant que chef de culture, il gère 18 employés en insertion, choisit les plantes cultivées à chaque saison et surveille leur développement. Sur les 4,5 […]

image commentary

C'est quoi l'innovation sociale? - Say Yess

Publié le 25 septembre 2014

[…] Par ailleurs, d’après l’Atelier Ile-de-France, « l’innovation sociale n’est pas seulement un résultat, c’est avant tout un processus ». Un propos parfaitement illustré par Kialatok, qui propose aux particuliers comme aux professionnels des ateliers de cuisine du monde animés par des personnes issues de l’immigration. « Kialatok veut faire de la cuisine un levier d’innovation sociale » affirme Kevin Berkane, 24 ans, cofondateur de l’entreprise d’insertion. […]

image commentary

La cuisine, prétexte à l'amélioration du quotidien - Say Yess

Publié le 07 avril 2014

[…] ils suivent eux-mêmes des formations à l’hygiène ou à la prise de parole. Reconnue comme entreprise d’insertion depuis janvier dernier, Kialatok va pouvoir recruter des personnes en insertion, qui seront […]

image commentary

Au fait, c’est quoi l’intrapreneuriat social? - Say Yess

Publié le 26 mars 2014

[…] réussir à mieux connecter son boulot à une dimension sociétale. C’est ainsi qu’est née l’entreprise d’insertion EIDRA, qui commercialise des articles culinaires reconditionnés, par le biais de la mobilisation […]

image commentary

Entrepreneurs sociaux: ils créent de la richesse à partir de déchets - Say Yess

Publié le 05 mars 2014

[…] et pédagogiques dans les entreprises et confiera à terme la collecte des déchets à des salariés en insertion. « Ce métier de collecte convient bien aux personnes qui ont besoin d’un cadre : il faut un […]

Il n'y a plus d'autres résultats à charger.

Il n'y a pas de résultats correspondants.

Sur le même thème

Décryptage

  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite
  • La finance solidaire, ça concerne tout le monde!

    Lire la suite
  • C’est quoi, l’économie circulaire?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Comment changer de métier ?

    Béatrice Moulin et Clara de Switch Collective
    icone-youtube-play

    Par: Changer le monde en 2 heures

  • Le métier d’agent-e d’entretien d’espaces verts

    Agent d'entretien des espaces verts - Uniformation
    icone-youtube-play

    Par: Uniformation

  • Vivre sans déchets

    Vivre sans déchets - L'Echo positif
    icone-youtube-play

    Par: L'Echo Positif

Nos derniers articles

Xoel ramasse des haricots secs.
Planète

Maraîchage bio : l’insertion par la case nature

Partout en France, des chantiers d’insertion accueillent des publics éloignés du marché du travail. Avec le travail de la terre, c’est la confiance en soi et les projets professionnels qui se renforcent.

Rédigé par Marie Le Douaran
le 20 octobre 2017 En savoir plus

Citoyenneté

Des labos citoyens vous embarquent dans la recherche

Pour faire face au manque de moyens des laboratoires publics ou au cloisonnement des disciplines, des scientifiques sortent des labos traditionnels et mènent leurs recherches avec l'aide des citoyens.

Rédigé par Marie Le Douaran
le 13 octobre 2017 En savoir plus

Pique nique avec des réfugiés à Meyrargues.
Solidarités

Bienvenue dans nos villages !

Face au phénomène de désertification rurale, l’arrivée de demandeurs d’asile originaires de Syrie, d’Erythrée, de Somalie, de Tchétchénie ou encore du Soudan apporte un nouveau souffle dans des villages de France.

Rédigé par Pauline Bian-Gazeau
le 11 octobre 2017 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.