Projets inspirants, créateurs inspirés

Anaël : « L’associatif m’a donné un statut »

Publié le 12 septembre 2013

Après plusieurs années sans structure, Anaël a créé Wazacrew, une association dans le secteur musical. Accompagnement d'artistes, concerts mais aussi ateliers pédagogiques pour débutants : celui qui a quitté le collège en 5ème a trouvé sa place en aidant les autres à percer.

Comment es-tu arrivé dans l’associatif ?

Il y a 10 ans, on a créé le Wazacrew avec une bande de vieux potes du collège, à Carpentras. On n’était pas du tout décidés à faire une association un jour, on était un peu une bande de rigolos. Tout s’est vraiment concrétisé en 2009. Je suis arrivé à Grenoble après avoir rencontré l’association Hadra, une grosse association grenobloise dans la musique qui organise aujourd’hui un festival à Lans-en-Vercors avec 12.000 personnes par an. Et j’ai tout plaqué pour venir dans ce milieu et m’investir à fond.

Dans ma tête, une association c’était très vague. Je ne savais pas du tout que ça pouvait exister dans ce secteur ! Pour moi le spectacle, la musique, la scène, c’était égal à production et élite. Pour moi la scène, c’était David Guetta. Il n’y avait pas moyen de passer à travers ce schéma, ce n’était pas possible.

Quand tu ne connais pas, que tu n’es pas dans le milieu, tu es complètement à la rue sur ce qui peut se faire. Je me suis rendu compte qu’en fait, n’importe qui, s’il a un projet, peut le développer. Avant je pensais qu’il fallait sortir d’une école, avoir fait bac +je-sais-pas-quoi. Moi je ne suis même pas arrivé au Brevet des collèges, alors imagine ! Je n’étais pas très confiant là-dedans. En 2009, j’ai fait la démarche de créer l’association. On était quatre, puis au fur et à mesure on a monté un conseil d’administration.

C’est un peu comme une validation d’acquis : au bout de dix ans d’associatif dans le spectacle, tu es considéré comme un professionnel par le milieu.

Qu’est-ce que ça a changé pour toi ?

En entrant dans ce système associatif, je suis sorti d’un système complètement flou avec aucun statut légal, rien. D’un coup, ça clarifiait nos pratiques, ça leur donnait un tracé, un suivi que je peux mettre sur mon CV, quelque chose de concret, de légal, de valorisable. C’est un peu comme une validation d’acquis : au bout de dix ans d’associatif dans le spectacle, tu es considéré comme un professionnel par le milieu. Les opens-mic [scène ouverte, ndlr] de collectifs dans des squats, tu ne peux pas les valoriser, contrairement à des ateliers dans des centres de loisirs, avec des contrats.

Grâce à l’associatif, j’ai appris beaucoup de choses différentes, car je suis passé par un peu tous les rôles. J’ai appris la coordination et la gestion des évènements, la gestion d’équipes, l’accueil du public, la sécurité, etc. J’ai pris beaucoup de recul sur la pédagogie de groupes, notamment grâce à des ateliers avec des enfants, ou des rencontres. L’associatif m’a donc apporté sur le relationnel.

Et puis ça m’a aussi apporté un réseau : dans mon milieu, ce n’est pas au Pôle Emploi que tu vas trouver un boulot. Du coup, aujourd’hui, je travaille pour plusieurs festivals ou associations, comme intermittent.

Et le regard des autres ?

En tant qu’association, on nous considère. Quand on va dans une banque, on est considérés comme une organisation, on peut ouvrir un compte. On n’est pas considérés comme les jeunes qui trainent en bas des immeubles : même s’ils font des choses bien, personne ne sait ce qu’ils font. L’associatif, c’est un moyen super pour donner un statut.

C’est magique aussi. Quand on est arrivés dans un centre de loisirs, on s’est présentés comme une association de culture urbaine. Du coup, on nous a ouvert les portes. Si tu arrives, que tu es un groupe de jeunes et que tu dis, « ouais, on a plein de trucs choukar [trop bien, ndlr] », ça ne marche pas, ils t’envoient à la MJC ! En tant qu’association, on a pu faire des ateliers. C’est nous qui avons préparé le programme, qui avons tout géré. Et on a appris beaucoup de choses en le faisant nous-même.

Image writer

Rédigé par

Oriane Raffin

1 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image commentary

Salarié dans une association : l'engagement rémunéré

Publié le 03 mars 2014

[…] A lire aussi : l’interview d’Anaël, à qui l’associatif « a donné un statut &ra… […]

Sur le même thème

Décryptage

  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite
  • La finance solidaire, ça concerne tout le monde!

    Lire la suite

Say yess tv

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

  • Pose ton sac à La Bagagerie

    La bagagerie à Marseille - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Culture

La carte des festivals green et solidaires 2018

Il est temps de penser à votre été ! Comme chaque année, Say Yess vous propose la carte des festivals engagés. A vos agendas !

Rédigé par Oriane Raffin
le 18 avril 2018 En savoir plus

Conseils (de) pro

Travailler à l’UCPA : « Nous recherchons un savoir-être »

Frédéric Ezaoui, directeur du pôle RH Séjours vacances à l’UCPA, nous éclaire sur les opportunités et les besoins de l’association.

Rédigé par Oriane Raffin
le 16 avril 2018 En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Crowdfunding : se repérer entre les plateformes

Lancer un projet grâce au financement de particuliers : rien de plus naturel désormais. Ce moyen de lever des fonds ne cesse de prendre de l’ampleur. Il existe aujourd’hui des dizaines de plateformes. Parmi celles-ci, il y a sûrement celle qui fera décoller votre projet.

Rédigé par Jérémy Pain
le 11 avril 2018 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.