Culture

Artenréel : artiste en CDI, un pari insensé ?

Publié le 24 juillet 2013

Ils sont plasticiens, comédiens, chanteurs, stylistes, graphistes…mais aussi entrepreneurs et salariés ! Les membres de la coopérative alsacienne Artenréel ont trouvé le plan idéal pour créer librement tout en structurant leur projet professionnel.

Fini le cliché de l’artiste maudit sans statut et sans revenus, condamné à l’isolement ! Chez Artenréel, chacun « crée son propre emploi au sein de la coopérative » comme l’explique le directeur adjoint, Joël Beyler.

>> On vous explique : c’est quoi une coopérative ?

Pendant les trois premiers mois -le temps de prendre ses marques- on est entrepreneur-accompagné, puis on nous remet le Graal : un CDI ! Une fois l’autonomie financière atteinte et l’activité bien rodée (au bout de trois-quatre ans), on peut prendre son envol et fonder sa propre structure … ou choisir de poursuivre son chemin à Artenréel en tant que sociétaire.

Une mutualisation des énergies

Et durant tout ce parcours, on apprend non seulement à gérer la paperasse et les considérations économiques ou juridiques, mais aussi à évoluer dans un cadre collectif. Les formations, workshops et ateliers proposés sont autant d’opportunités pour mutualiser les énergies.

>> La présentation en vidéo d’Artenréel :

En 2012, les artistes-entrepreneurs ont par exemple remporté un appel d’offres lancé par la ville de Strasbourg pour la programmation de concerts : l’occasion pour les musiciens d’Artenréel de se retrouver sous les feux des projecteurs !

Découvrez des artistes d’Artenréel dans notre diaporama photo :           

[nivo_slider source= »post » link= »image » size= »632×632″ limit= »10″ effect= »random » speed= »600″ delay= »3000″]
Image writer

Rédigé par

Anastasia Altmayer

1 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image commentary

Sortir les artistes de la précarité : un défi pour les asso - Say Yess

Publié le 22 novembre 2013

[...] et les réseaux sociaux. Mais lorsque sa profession est difficilement compatible avec un CDI (sauf exception), lorsque son objectif n’est pas de trouver un poste mais un atelier, lorsqu’insertion sur le [...]

Sur le même thème

Décryptage

  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite
  • La finance solidaire, ça concerne tout le monde!

    Lire la suite
  • C’est quoi, l’économie circulaire?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Comment changer de métier ?

    Béatrice Moulin et Clara de Switch Collective
    icone-youtube-play

    Par: Changer le monde en 2 heures

  • Le métier d’agent-e d’entretien d’espaces verts

    Agent d'entretien des espaces verts - Uniformation
    icone-youtube-play

    Par: Uniformation

  • Vivre sans déchets

    Vivre sans déchets - L'Echo positif
    icone-youtube-play

    Par: L'Echo Positif

Nos derniers articles

Xoel ramasse des haricots secs.
Planète

Maraîchage bio : l’insertion par la case nature

Partout en France, des chantiers d’insertion accueillent des publics éloignés du marché du travail. Avec le travail de la terre, c’est la confiance en soi et les projets professionnels qui se renforcent.

Rédigé par Marie Le Douaran
le 20 octobre 2017 En savoir plus

Citoyenneté

Des labos citoyens vous embarquent dans la recherche

Pour faire face au manque de moyens des laboratoires publics ou au cloisonnement des disciplines, des scientifiques sortent des labos traditionnels et mènent leurs recherches avec l'aide des citoyens.

Rédigé par Marie Le Douaran
le 13 octobre 2017 En savoir plus

Pique nique avec des réfugiés à Meyrargues.
Solidarités

Bienvenue dans nos villages !

Face au phénomène de désertification rurale, l’arrivée de demandeurs d’asile originaires de Syrie, d’Erythrée, de Somalie, de Tchétchénie ou encore du Soudan apporte un nouveau souffle dans des villages de France.

Rédigé par Pauline Bian-Gazeau
le 11 octobre 2017 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.